Calligrammes

Les calligrammes sont une activité de rédaction très motivante pour les élèves.
* Première étape : choisir un sujet
Avec les élèves les plus jeunes, les animaux ou les objets de la vie quotidienne sont les plus faciles à traiter.
* Deuxième étape : rédiger son texte sur le sujet choisi
* Troisième étape : faire corriger son texte et l’améliorer.
* Quatrième étape : utiliser le papier calque pour décalquer la forme de l’objet (ne pas décalquer les détails mais la forme générale).
* Cinquième étape : reporter sur une feuille de dessin la forme décalquée.
* Sixième étape : recopier son texte en suivant la forme décalquée.

Voici le résultat en vidéo des travaux de mes élèves (dans le cadre de Twoulipo) :

Artsteps – Musée virtuel en ligne

Artsteps.com est un site qui permet de créer un musée virtuel en ligne.
Les élèves réalisent leurs travaux d’art plastique puis vous les prenez en photo et/ou les scannez. Vous pouvez ensuite les mettre en ligne de la façon que vous préférez.
Cela permet d’obtenir un résultat très sympathique.
Attention : tout est en anglais !

https://www.artsteps.com/

1ère étape : définir l’espace du musée

Vous ajoutez les murs extérieurs et les cloisons du musée. Vous pouvez les disposer comme bon vous semble.

2ème étape : choisir les textures des murs

Pour chaque mur et le sol, vous choisissez le style (pierre, bois, métal, etc.)

3ème étape : insérer les œuvres d’art

Insérer les œuvres sur les murs (ou sur des supports à disposition). Un clic sur un mur suffit à insérer l’oeuvre sélectionnée. On peut ensuite la déplacer, l’agrandir et lui rajouter un cadre.

4ème étape : définir un parcours guidé pour le visiteur (optionnel)

On peut positionner un guide pour définir le parcours du visiteur dans le musée.

5ème étape : publier !

Pour visiter un exemple :

https://www.artsteps.com/view/5c73eb4377bcfb663313cb8a

Réaliser un bouquet de fleurs en papier (origami)

Petit budget pour la fête des mères ? Voici une idée qui a remporté un franc succès auprès des mamans.

La version que je vous présente est réalisée tout en blanc mais bien entendu, il est conseillé de la réaliser avec des papiers de couleur.

Le matériel nécessaire est très simple :

  • des feuilles de format A4 de couleur, relativement épaisses (idéalement entre 100 g et 120 g)
  • des bâtonnets (style pics à brochette en bois) pour les tiges : on peut aussi récupérer des branches mortes si on a la chance de se trouver à proximité d’un espace naturel.
  • un petit vase bon marché pour chaque enfant (que l’on peut acheter dans le magasin « dont on ne doit pas prononcer le nom »)

 

Pour la réalisation des fleurs, je laisse les enfants choisir les modèles qu’ils souhaitent. Parmi les bonnes idées :
-> Fleur en origami (nécessite 4 carrés de papier)

-> Fleur à réaliser avec des moules à muffins
Fleurs avec des moules à muffins
C’est très simple (dans le principe) : il suffit « d’ouvrir » le moule à muffins et de couper les rainures jusqu’au bout. Il faut laisser le centre non coupé. On trouve des moules à muffins de toutes les couleurs dans différents magasins.
-> Fleurs « palmiers » très simples
Il suffit dans un rectangle de papier de délimiter une zone que l’on ne découpe pas. Découper des bandes dans le reste de la feuille (les bandes seront plus ou moins minces en fonction de l’habileté des enfants).
Enrouler autour d’un bâtonnet au niveau de la partie non découpée et scotcher. Laisser retomber les « franges » coupées pour donner l’effet palmier.

Le bouquet est joli si il y a beaucoup de fleurs !

Réaliser un blason – héraldique

En lien avec le travail en histoire sur le Moyen-âge, la réalisation de blasons peut être une activité intéressante en arts plastiques.
Matériel nécessaire :
– modèle de blason (à imprimer en format A4)
– feuilles de couleurs vives
– ciseaux, colle
– modèles d’animaux

Première étape : choisir la partition

Les élèves choisissent couleur et mode de partition de leur blason à partir du modèle ci-après.
Différenciation : des modèles des principaux modes de partition peuvent être proposés pour les élèves en difficulté.

Deuxième étape : choisir un animal ou un symbole

L’animal sera découpé puis reproduit sur une feuille de couleur et collé sur la partition choisie.
Quelques exemples d’animaux :

Une histoire à toutes les sauces

Cette oeuvre de Gilles Barraqué est construite sur le même modèle que l’oeuvre Exercices de style de Raymond Queneau.
L’auteur présente une histoire toute simple, l’histoire « sans sauce ».
La même histoire est ensuite déclinée de 60 façons différentes, toutes aussi savoureuses les unes que les autres.

Cet ouvrage est très intéressant et permet différentes activités :
– prise de conscience de l’univers et du contexte de l’histoire (la même histoire à la sauce anglaise, esquimaude, etc.)
– homophones et polysémie
– enrichissement du lexique par thématique : fruits, légumes, fromages, gâteaux, parties du corps humain
– travail de poésie sur les rimes : histoire à la sauce à l’eau (rimes en « o »), à la sauce à l’ouille (rimes en « ouille »)
– écriture poétique : calligrammes
– niveaux de langue

J’ai travaillé l’oeuvre avec mes élèves sur une période de 7 semaines.
Compréhension de l’ouvrage

L’étude de l’ouvrage a été l’occasion de divers travaux de rédaction :
– écriture sous contrainte (contrainte du prisonnier, calligrammes, etc.)
– écrire à la façon de Gilles Barraqué : écrire son histoire à une sauce personnelle

Exemples de rédaction

L’histoire sans sauce de Gilles Barraqué

Maman m’a raconté une histoire en revenant du travail. En passant par le square de la mairie, elle a vu un chat qui essayait d’attraper un oiseau posé au bord du bassin. Le chat a sauté, mais l’oiseau s’est envolé. Alors le chat est tombé sur l’eau.Cette histoire a fait beaucoup rigoler.

V (CM1) – à la sauce Minecraft

En sortant de la Fuze Corp Steve a vu un Creeper qui voulait attraper un Underman mais quand le Creeper a sauté, l’Underman a disparu et le Creeper est tombé dans un lac de fake water.
Cela m’a fait bien rire.

C. (CM1) – à la sauce Hercule

Ma mère Alcmène, en rentrant de la chasse a vu le lion de Némée qui voulait attraper un oiseau du lac Stymphale. Le lion de Némée a sauté mais l’oiseau s’est envolé. Le lion de Némée est tombé dans le lac Stymphale.
J’ai rigolé mais Zeus m’a dit de rigoler moins fort car les dieux voulaient du calme pour réfléchir.

Fabriquer des percussions

Dans le cadre de l’un des projets eTwinning que j’ai réalisé, nous avons été amenés à fabriquer des percussions.

Nous avons utilisé le matériel à disposition dans la classe.
Aucun achat n’a été réalisé, seulement de la récupération.
Matériel : tubes de carton, chutes de tissus, ficelles, récipients divers, carton, peinture, etc.

Robots Ozobot – Défi parcours

Objectif : après avoir découvert les caractéristiques du robot Ozobot, mettre en oeuvre les connaissances acquises pour réaliser un défi (en équipe).

Le matériel a été préparé préalablement à la séance, à savoir des parcours tracés sur du papier (récupération papier peint inutilisé).

Les élèves sont autorisés à utiliser tout le matériel à disposition (feutres, gommettes et documentation) afin de faire parcourir au robot le parcours le plus vite possible.

Défi parcours

Robots Ozobot – Diriger le robot

Objectif de la séance : faire se déplacer le robot où on le souhaite.
Contexte : on a observé dans la séance découverte qu’en cas d’embranchement, Ozobot se déplace aléatoirement d’un côté ou de l’autre. Comment faire en sorte qu’il aille où on le souhaite ?

Phase 1 : essais avec les feutres de couleur (bleu, rouge, vert)

Consigne : faire se déplacer le robot systématiquement du côté que l’on souhaite.
Faire des essais en associant les couleurs

Conclusion :
– on se rend compte qu’en utilisant les couleurs, le robot change son comportement.
– on fait différents essais pour trouver comment le faire tourner systématiquement à droite à chaque intersection.

Phase 2 : réaliser des exercices d’application avec le code couleur fourni

Matériel à disposition :
– feutres de couleur
– code couleur simplifié Ozobot
– exercices
Consigne : faire se déplacer le robot systématiquement du départ vers l’arrivée.

Code couleurs simplifié

Exercice à télécharger ci-dessous :

Robots Ozobot – Séance de découverte

Phase 1 = Observations  et hypothèses

Matériel :
– 1 robot par groupe de 3 ou 4 élèves
– 1 feuille blanche
– Trousses des élèves
Consigne : C’est un robot suiveur de lignes. Essayer de le faire aller là où vous avez décidé. Aucune autre consigne n’est donnée pour le démarrage du robot.
Posture enseignant : observation

Démarrage du robot
Certains élèves lui parlent : « démarre » ou « on » => Ils se rendent compte que les commandes vocales ne fonctionnent pas.
Ils réalisent alors que le robot possède des boutons.
Déplacement du robot
Essais sur :
– Traits tirés à la règle avec un stylo => cela ne fonctionne pas
– Traits tracés au feutre => cela fonctionne

Phase 2 – Mise en commun
On met en commun ce dont on est certain et ce qui est encore au stade d’hypothèse
Ce dont on est certain :
– On met en marche le robot en appuyant sur le bouton
– Les robots suivent des lignes épaisses
– Les robots suivent des lignes de couleurs différentes
– Le robot change de couleur si la ligne change de couleur

Les hypothèses qu’il faut vérifier :
– Est-ce que le robot fonctionne avec toutes les couleurs ?
– Est-ce que le robot ne va qu’en ligne droite ? en rond ? en suivant une forme géométrique comme un triangle ? en suivant un dessin (comme une tête de chat) ?
– Est-ce que le robot fonctionne avec toutes sortes de feutres ?

Phase 3 – Nouveaux essais pour essayer de valider les hypothèses
Retour sur questions posées :
– Le robot fonctionne avec toutes les couleurs (même le rose)
– Le robot fonctionne mal avec des traits tracés au surligneur et fonctionne mieux avec des traits tracés au feutre.
– Le robot est capable de suivre n’importe quelle ligne à condition qu’elle soit bien tracée et suffisamment épaisse

Autres questions qui émergent :
– On a remarqué que la vitesse du robot n’est pas toujours la même. Comment le faire accélérer ou ralentir ?
– On a essayé de tracer des chemins en pointillés pour savoir si le robot avance. La difficulté est de dessiner des pointillés réguliers et espacés de façon constante => idée (de la maîtresse) : imprimer un chemin en pointillés pour la prochaine fois.
– Si le robot a un choix entre deux chemins, il tourne parfois à droite et parfois à gauche. Comment le faire aller où l’on veut ?
– On a observé que le robot fait parfois demi-tour. Comment peut-on faire pour obliger le robot à faire demi-tour ?

Robots Ozobot – présentation du matériel

Le robot Ozobot est un robot suiveur de lignes. Il suit des lignes dont l’épaisseur idéale est de 5 mm. L’élève peut tracer cette ligne en utilisant un feutre ou un marqueur large ordinaire.
Lorsque le chemin possède une intersection, le robot la repère. Saut si on lui donne des indications spécifiques, Ozobot choisit aléatoirement la direction à prendre à l’intersection.
Si le chemin s’arrête, Ozobot s’arrête également.

Ozobot possède des capteurs conçus pour lire les informations situées en dessous de lui environ 150 fois par seconde ; il peut ainsi détecter les zones rouges, vertes, bleues, noires et blanches et réagir en conséquence. Les séquences de couleurs agissent donc comme des panneaux de signalisation.

En fonction du code couleur lu, le robot peut :
• tourner à droite ou à gauche
• accélérer ou ralentir
• faire demi-tour
• faire un tour complet sur lui-même
• partir en arrière
• faire une pause

Pour ma classe, j’ai obtenu un coffret comportant 6 robots (prévoir un budget d’environ 400 € pour un lot de 6 robots).

 

 

 

 

Je recharge les robots après chaque séance. Cela ne prend ni beaucoup de temps ni beaucoup d’espace.

 

 

 

 

Le reste du matériel nécessaire consiste en des gommettes de couleur qui servent à faire se diriger le robot. Elle sont beaucoup plus pratiques et économiques que les feutres vendus avec le robot car ils sont très vite usés.