Elevage de phasmes

L’élevage de phasmes est un élevage parfait pour la classe.
Les phasmes sont des insectes avec un cycle de vie court : sur une année scolaire, on peut visualiser tout le cycle de vie de l’animal.
Les phasmes les plus simples à élever sont les phasmes bâtons du Vietnam (Carausius morosus L.)

Le matériel nécessaire

Un vivarium est nécessaire pour maintenir les phasmes.
Les phasmes bâtons mangent du lierre et des ronces, des végétaux qui sont disponibles tout au long de l’année (attention certaines espèces de phasmes sont plus exigeantes et consomment des végétaux plus difficiles à trouver).
Il est conseillé de garnir la fond du vivarium de papier essuie-tout afin de gagner du temps pour le nettoyage et la récupération des œufs.
A l’intérieur du vivarium des pots de confiture permettent de disposer les branches de lierre et de ronce. Il faut percer des trous dans les couvercles des pots de confiture afin d’y glisser les branches. En effet, les jeunes phasmes ont tendance à se noyer si on retire les couvercles.
Pour débuter un élevage, il suffit de quelques adultes.

Observation du cycle de vie

Les phasmes pondent des œufs. Chaque femelle pond plusieurs œufs par jour. Les œufs mettre deux à trois mois à éclore.
Les phasmes ont une particularité : les femelles pondent, même sans la présence de mâles. On appelle cela la parthénogenèse (descendance uniquement femelle).
Les phasmes muent plusieurs fois au cours de leur croissance et il est fréquent de trouver des mues, ou des morceaux de mues, quand on nettoie le vivarium.

Des manipulations aisées

Les phasmes sont faciles à manipuler et la responsabilité de l’entretien du vivarium peut être confiée aux enfants. Ils peuvent ainsi observer des phasmes de toutes tailles et à différents stade de développement.

Exploitations pédagogiques

L’élevage de phasmes permet diverses activités :

  • observations hebdomadaires du cycle de vie : repérer les “traces” comme : les œufs (à bien différencier des crottes), les mues liées à la croissance des animaux, la mort de certains animaux, l’alimentation des animaux (observer les feuilles “grignotées”). Ces observations peuvent être tenues dans un cahier d’observation.
  • schémas d’observations
  • se responsabiliser dans la manipulation d’animaux inoffensifs mais fragiles (pour certains élèves surmonter sa peur)
  • travail de rédaction et de partage des connaissances par la rédaction d’un guide d’élevage

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related Post